Les primes d’assurances

Avant de calculer vos primes, le fournisseur d’assurance auto recueille certaines informations concernant votre voiture et votre statut de conducteur. Le principe est de déterminer le risque que vous représentez en tant que personne susceptible de provoquer des accidents, de ne pas pouvoir payer de cotisations… De votre côté, ce sont vos besoins qui détermineront le niveau de vos dépenses d’assurance auto. Quelques indications.

Tout dépend de votre voiture.

Si vous n’avez pas de voiture, pas besoin d’assurance auto pour vous prémunir en cas d’accident impliquant une voiture. Si vous changez de voiture, votre précédent contrat auto ne joue plus, sauf pour déterminer les niveaux de bonus-malus. Le calcul du montant de la couverture auto procède donc d’abord des caractéristiques de votre voiture avant tout. Le modèle, la puissance, l’ancienneté… constituent des critères de majoration ou de minoration de prix.

De même, si vous utilisez votre voiture simplement pour vos déplacements personnels, vous aurez un devis moins important que si vous l’utilisiez comme véhicule professionnel ou de façon mixte. Le nombre de kilomètres parcourus dans l’année, le milieu où il est stationné… et tout autre critère d’usage vont servir à définir vos cotisations ou la franchise appliquée en cas de garanties spécifiques.

…et de vous en tant que conducteur principal.

Les assureurs considèrent aussi l’âge, la situation maritale et professionnelle, l’ancienneté du permis et même le sexe du demandeur comme critères d’estimation de prix d’assurance auto. Un conducteur jeune est plus dangereux, et au contraire, un conducteur d’un certain âge présente plus de risque d’être victime. Un chômeur présente des risques d’insolvabilité. Un homme marié peut être plus prudent. Les femmes seraient moins concernées dans la survenance des sinistres…

Dans le cas où ce n’est pas votre première assurance auto, l’assureur demandera à obtenir l’historique de vos antécédents de conducteur. En l’occurrence, il s’agit de mettre en évidence le fait que vous n’aviez causé aucun sinistre lors de vos précédents contrats, qu’il n’y a eu aucun incident ayant conduit à la suspension de votre permis.

Cela dépend aussi de l’assureur et de vous en fin de compte !

Tous les critères énumérés succinctement supra peuvent être considérés différemment d’un établissement d’assurance à l’autre. Pour quelques-uns, que vous soyez jeune ou de la soixantaine ne présume en rien un risque élevé. Pour d’autres, la puissance de votre véhicule peut être plus déterminante que chez un autre assureur. Certains fournisseurs de couverture auto sont même plus indulgents vis-à-vis des conducteurs aux antécédents lourds.

Résilier son assurance moto à tout moment

Depuis l’entrée en vigueur au 1er janvier 2015 du décret d’application de la loi Consommation du 17 mars 2014, dite « loi Hamon », il est maintenant possible de résilier à tout moment ses contrats d’assurance moto, auto et même habitation après une période d’engagement de seulement 1 an.

Alors qu’il fallait attendre jusqu’à présent les deux mois avant la date anniversaire de son contrat ou les 20 vingt jours à réception de l’appel de prime pour la loi Châtel, pour le résilier par LRAR, l’Etat, avec notamment l’ancien ministre socialiste Benoît Hamon, a voulu simplifier ces démarches pour :

« Aider les consommateurs à trouver les meilleurs tarifs pour les contrats d’assurance, et ainsi bénéficier de gains de pouvoir d’achat »

Comment résilier son assurance moto ?

A partir de 2015, après 1 an d’engagement auprès de votre assureur, vous pouvez aller voir à la concurrence si les contrats sont plus avantageux et partir quand bon vous semble. Votre nouvelle assurance fait elle-même les démarches auprès de l’ancienne compagnie et la résiliation, qui prend effet 1 mois après la réception de la LRAR, « ouvre droit au remboursement de la partie de la prime et de la cotisation « non consommée » à la suite de la résiliation ».

Attention toutefois ! Vous perdrez votre bonus de l’année en cours si vous n’allez pas jusqu’à l’échéance suivante.

En somme : vous ne payez à votre ancienne assurance que la période qu’il a effectivement couverte et vous finissez votre année chez votre nouvel assureur.

Ces nouvelles procédures assouplissent le changement d’assurance ! Cela s’applique automatiquement à tous les contrats conclus à partir du 1er janvier 2015. Pour les autres contrats (conclus antérieurement), cette possibilité sera ouverte à compter de leur prochaine date anniversaire.